https://www.facebook.com/SanctuaireAlencon/https://twitter.com/https://www.youtube.com/channel/UCriSccv-E9s4bOiPDB3d2Wg/
ContactContact Allumer un ciergeAllumer un cierge Faire un donFaire un don
Accueil > Homélies > L’invitation de saint Paul

L’invitation de saint Paul

Homélie du 31 octobre 2020

« Nous poursuivons cette lecture, commencée hier, de l’épitre aux Philippiens. Nous avons la chance de méditer la parole du Seigneur à travers ce que nous dit l’apôtre Paul. Hier nous étions enthousiastes de le voir exprimer à la communauté, à la fois son émerveillement pour ce que le Seigneur a fait dans leurs coeurs et en même temps pour ce que ces nouveaux chrétiens peuvent révéler d’une ardeur apostolique. 
Nous le voyons évoquer quelque chose aujourd’hui qui est l’arrière fond de cet épitre, à savoir que Paul est en prison. On appelle ces épitres, des épitres de captivité. Alors est-il en prison à Rome, attendant son jugement ? Il sera, vous le savez, radical, entraînant sa mort. Ou est-il, comme beaucoup d’exégètes le pensent, encore à Ephèse mais dans une époque quand même difficile puisqu’il évoque, juste avant de ce que nous avons vu aujourd’hui, sa rencontre avec les autorités romaines, le Prétoire. Et au lieu de s’en lamenter, il se dit qu’au fond, à travers ce qu’il traverse, ces chaînes, le Christ est annoncé. Y compris au Prétoire. Voilà ce qu’il dit : « Je désire que vous le sachiez, Frères, mon affaire a tourné plutôt au profit de l’Evangile. En effet, dans tout le Prétoire, partout ailleurs, mes chaînes ont acquis, dans le Christ, une vraie notoriété. » Il a trouvé moyen de rendre témoignage au Christ dans ses chaînes. De plus, cette arrestation de Paul, enhardit les jeunes chrétiens de Philippes à être des témoins, des missionnaires. Il le dit : « La plupart des frères, enhardie dans le Seigneur, du fait même de ses chaînes, redouble d’une belle audace à proclamer sans crainte la Parole » Quand on dit que le Seigneur sait se révéler présent au coeur des épreuves, on en a la double preuve : auprès du Prétoire et auprès de la communauté par l’annonce que les uns et les autres portent l’Evangile. Pour autant, Paul ne manque pas de manifester qu’il y a déjà une ambiguïté dans la communauté chrétienne. Certains le font avec franchise, d’autres dans un esprit de rivalité, comme pour se pousser du coude, comme pour se montrer. Et il découvre les ambiguïtés d’un certain nombre de Chrétiens. Comme si, dès les origines, nous trouvions déjà de la mondanité comme aime à le dire le Pape François. De l’arrivisme, hélas, au sein des Chrétiens. Nous savons que notre temps est tout autant menacé par des visions trop humaines et encore une fois le Pape François a essayé de mettre le doigt sur ce mal qui peut habiter le coeur des clercs en particulier lorsque la mondanité les envahit. Cette invitation de Paul est d’autant plus forte qu’elle est en résonance avec l’Evangile de ce jour qui, dans les repas, invite chacun à ne pas aller prendre la première place mais une place plus modeste ou éventuellement que le Seigneur nous mette à une juste place. Mais s’il y a cet encouragement dans l’Evangile d’aujourd’hui, ce n’est pas au titre des bonnes manières, c’est au titre de la manière même de Jésus, qui s’est abaissé. Il est fort de penser que l’épitre même au Philippiens est précisément suivi, au chapitre deuxième, de cette méditation sur le Christ en son abaissement : « Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition d’esclave, et se faisant semblable aux hommes. »S’il nous faut occuper modestement une place, qui n’est pas la première, ce n’est pas seulement pour des bonnes manières chrétiennes, c’est parce que le Christ lui même nous y appelle et nous y invite. Contemplons le Christ dans son abaissement, ce qui a été le coeur même de l’espérance de Paul dans ses chaînes. »