https://www.facebook.com/SanctuaireAlencon/https://twitter.com/https://www.youtube.com/channel/UCriSccv-E9s4bOiPDB3d2Wg/
ContactContact Allumer un ciergeAllumer un cierge Faire un donFaire un don
Accueil > Edito > Pour un nouvel envol

Pour un nouvel envol

Édito du Recteur – avril 2021

Ce que le temps a fragilisé et que le gel et le vent ont fini par casser, à savoir l’aile de l’ange située sur le dôme de la chapelle de la maison de la famille Martin, le savoir-faire humain (et la bonté de Dieu qui nous donne ces talents)  l’ont restauré .Ainsi l’ange  retrouvant ses ailes, retrouve aussi  son « z’aile » ! Et nous tous avec lui, nous l’espérons.

Et pourtant, telle l’aile de l’ange, notre âme confrontée aux aléas du temps, se fragilise. Puissions-nous à travers cette semaine sainte et le temps pascal, laisser le Seigneur nous restaurer. Pour y parvenir, essayons de discerner ce qu’Il nous dit  au cœur des évènements que nous vivons.

Ange veillant sur la chapelle de la Maison de la Famille Martin – ©Sanctuaire d’Alençon

Cet extrait d’un message de Guy Aurenche, avocat honoraire, Monique Hébrard, journaliste et auteure, et Jean Pierre Rosa, philosophe et bibliste, peut y contribuer : « En détruisant écosystèmes et biodiversité, nous avons rendu notre monde hostile. Face à ce rappel douloureux des limites de notre « puissance suffisante », nous rappelons que nous sommes créés. Quelqu’un a appelé à la vie tous les individus et toute la création. Tout est lié. […] Nous sommes invités à poursuivre la création au lieu d’épuiser la nature. Ce geste inscrit notre existence dans la force d’une relation d’amour dont le projet est créateur de vie et source d’espérance. Face à l’incertitude des temps, nous pouvons mettre en avant la figure de Jésus qui a parié sur l’homme, est venu jusqu’à lui, a aimé les siens jusqu’au bout, éclairant d’un jour nouveau notre condition d’êtres finis, créés et aimés. » (La Croix du 15 octobre 2020)

A la naissance du Christ à Bethléem, l’ange est là, les ailes déployées, pour chanter la gloire de Dieu et annoncer aux hommes la paix. A la Résurrection du Christ, il est là de nouveau pour dire  aux femmes qui se rendent toutes craintives  au tombeau « Ne craignez pas ! ». Il le dit aussi à nous-même qui trop souvent, dans la peur, les suivons de près…

                                               Belles fêtes de Pâques !                                                                                           

Père Thierry Hénault-Morel, recteur

Articles récents