Accueil > Echos > L’édito – « L’enthousiasme »

L’édito – « L’enthousiasme »

« Ce n’est pas la foi qui me manque, ni l’envie de vivre qui me fait défaut. »

Zélie, C.F.186 du 28 janvier 1877


Si l’enthousiasme est à l’origine, cet élan et cette joie qui élève vers Dieu, nous pouvons l’appliquer aux paroles de Zélie : « Ce n’est pas la foi qui me manque, ni l’envie de vivre qui me fait défaut. », tout en le faisant nôtre, un mois après l’ouverture de la Maison d’Accueil Louis et Zélie. C’est l’enthousiasme qui caractérise les 1200 personnes passées dans la maison en moins d’un mois. Visiteurs d’un jour, hôtes d’une ou plusieurs nuitées, ils ont en commun de se mettre en marche pour s’approcher de Dieu par la découverte des saints Louis et Zélie et sainte Thérèse. Qui sont-ils ?

Ce sont les pèlerins de Montauban, premiers visiteurs du lundi de Pâques, puis ceux de la paroisse Saint-Claude.

C’est un jeune couple de fiancés venu réfléchir trois jours avant leur mariage. C’est une famille parisienne venue avec ses enfants poser leurs valises pour quelques jours.

C’est un grand groupe paroissial intergénérationnel du Pays de Flers en sortie annuelle, tout comme la paroisse Sainte-Odile de Paris ou celle de la Ferté-Macé dans l’Orne.

Ce sont des servants d’autel du diocèse, des retraitants du premier week-end couples ravis de passer un temps à réfléchir sur la cohérence de leur vie à la lumière de celles de Louis et Zélie.

C’est une fille venue avec ses parents fêter leurs 60 ans de mariage.

La liste n’est pas exhaustive… et c’est sans compter le rassemblement national du Verbe de vie qui regroupe environ 400 personnes durant le week-end de l’Ascension.

L’enthousiasme nous porte ; c’est la joie des commencements : rendons grâce à Dieu.

Guy Fournier, diacre, administrateur du sanctuaire Louis et Zélie d’Alençon

Juin 2019