Confinement : Méditation, chapelet et messe du lundi au samedi

En direct sur la page facebook du Sanctuaire à partir de 11h30 ou en replay dans l'après-midi ci-dessous :

Méditation

Chapelet

Messe

affiche espérance enfant
affiche Fiancé
affiche Nature

Actualités

img Edito

Revêtez la joie ! Le carême n’est pas un temps de tristesse mais de joie et de résurrections intérieures, de libération.

Le pape François dans une méditation sur le Carême en rappelle les composantes : l’aumône, la prière et le jeûne et se demande : « à quoi servent-elles ? ». Et il ajoute « l’aumône, la prière et le jeûne nous ramènent aux trois seules réalités qui ne disparaissent pas. La prière nous rattache à Dieu ; la charité au prochain ; le jeûne à nous-mêmes. Dieu, les frères, ma vie : voilà les réalités qui ne finissent pas dans le néant, sur lesquelles il faut investir » (Homélie du mercredi des cendres 2019).
Investir pour connaitre des libérations qui génèrent la joie.

Dans le domaine de la prière, c’est-à-dire de cette relation avec le Seigneur

  • Pour les uns, investir consistera à dégager du temps pour la rencontre avec le Seigneur. Il peut ne pas être long mais il en va de la place de Dieu dans nos vies. Y tenir sans discussion, c’est rejoindre la devise de la famille Martin : Dieu premier servi.
  • Pour d’autres qui prennent déjà ce temps de la prière, investir signifiera veiller à une relation plus cordiale avec le Seigneur. Tendre à ce cœur à cœur avec chacune des personnes de la Sainte Trinité.

Dans le domaine de la charité, de la relation avec les frères, à quel investissent suis-je appelé ?

  • Être plus généreux, de mon temps, de mes biens?
  • Plus attentif à ceux que l’on oublie, aux plus fragiles ?
  • M’ouvrir à de nouveaux champs de la charité, ne serait-ce qu’au respect de la nature et de la vie de sa conception à son terme… (Jean Paul II, Donum vitae, 22 février 1987)

Dans le domaine du jeûne, de la relation à nous-même

  • A quelle attention suis-je appelé, à quelle libération ?
  • A quelle invocation de l’Esprit Saint pour y parvenir ? A quel effort pour y participer ?

Si le carême est un temps de joie, il passe cependant par des temps de combat. Sainte Zélie le reconnait qui, dans sa vie active, trouve long le jeûne imposé à l’époque : encore 21 jours « bien longs à passer », « j’aspire à Pâques », mais qui se réjouit de tous les inattendus sur ce chemin de conversion, ainsi de ce sermon aux mères chrétiennes qu’elle allait écouter par devoir, et qui la touche par « son ton de bonté et de douceur » (CF 156 et 157).

Père Thierry Hénault-Morel, Recteur du sanctuaire

Mars 2020

Facebook

Aujourd’hui